6ème

Changement d’école, de rythme, de copains… La première rentrée des classes au collège est une étape quelque peu déstabilisante dans la vie d’un enfant. Pour l’aider à s’organiser tout au long de l’année mieux vaut connaitre le programme scolaire qui l’attend. Gros plan sur les matières spécifiques de la 6ème.

Le programme scolaire de 6ème constitue à lui seul le cycle d’adaptation : il a pour objectif de consolider les connaissances acquises à l’école primaire, d’initier votre enfant à de nouvelles matières et de lui donner des méthodes de travail qu’il développera tout au long de sa scolarité.

Première rentrée au collège : un tournant dans la vie de l’enfant

La rentrée en 6ème marque un véritable tournant dans la vie sociale et intellectuelle d’un enfant. En effet, il se retrouve tout à coup dans un lieu qui lui parait immense, où les classes sont nombreuses et où  il n’est désormais qu’un « petit » alors qu’il était parmi les « grands » en CM2… Très vite, on lui demande d’être autonome et d’être capable de s’organiser et de se repérer au milieu des différentes salles de classes et des fournitures spécifiques à chaque matière.

Pour l’aider, de nombreux collèges proposent une rentrée des classes personnalisée : pendant toute une journée, seuls les élèves de 6ème sont présents. Ainsi, ils ont le temps d’apprivoiser le nouvel établissement et de se repérer au milieu des divers bâtiments, ils font la rencontre de leur professeur principal, découvrent le programme scolaire de 6ème qui les attend et l’emploi du temps qui leur sera propre tout au long de l’année.

Aider son enfant à aborder le programme scolaire de 6ème

Dès les premiers jours, n’hésitez pas à prendre connaissance de ce fameux emploi du temps. Vous pourrez ainsi encadrer votre enfant et l’aider à faire son sac de cours en fonction des matières du lendemain ou encore l’inciter à s’avancer dans ses devoirs de classe.

Quant à connaitre le programme scolaire de 6ème, cela vous permettra simplement de suivre l’apprentissage de votre enfant de près et éventuellement d’adapter les activités extra-scolaireset sorties du week-end à celui-ci. Il apprend l’histoire de l’Egypte ? Pourquoi ne pas prévoir un petit saut à l’exposition des pharaons ce samedi ? Il étudie le théâtre, peut-être est-ce le moment de l’emmener voir une représentation ? Les exemples sont nombreux et apprendre en se distrayant reste une méthode d’enseignement efficace pour éviter les bulletins scolairesdésastreux.

Le programme de Français.

Présentation générale
En classe de 6ème,
l’étude du récit est privilégiée et les élèves sont initiés à l’argumentation. Une place importante est donnée à la réception (lire et écouter) et à la production (dire et écrire) de textes narratifs. Une place est également donnée à la lecture et à la prise de parole devant la classe pour expliquer un point de vue. En général, la classe de 6ème fait le lien entre le primaire et le collège et est motivée par un objectif global : l’éveil à la sensibilité esthétique et au goût de lire, d’écrire et de raconter.

En tout,  4h30 (dont 30 minutes en groupes à effectifs allégés), ou 5 heures, de cours par semaine

Quel est le programme ?

I. L’étude de la langue

1. Grammaire

– L’analyse de la phrase : la phrase verbale/non verbale, la phrase simple (un seul noyau verbal) ; les quatre types de phrase (déclarative, interrogative, injonctive, exclamative) ; la phrase affirmative/ la phrase négative ; l’interrogation totale et l’interrogation partielle (marques écrites et orales) ; initiation à la phrase complexe (plusieurs noyaux verbaux).

– Les classes de mots : le nom et ses déterminants : les articles, indéfinis, définis, partitifs ; distinction entre des article indéfini, des article défini contracté ; du article partitif, du article défini contracté ; le déterminant possessif ; le déterminant démonstratif ; le verbe (savoir l’analyser en donnant son infinitif, son groupe, son temps, son mode, sa personne ; cette analyse se complexifiera au fur et à mesure que la connaissance du verbe sera approfondie) ; les pronoms : les pronoms personnels (leurs formes et leurs fonctions ; distinction entre la, les déterminants et pronoms) ; les pronoms possessifs ; les pronoms démonstratifs ; l’adjectif qualificatif (il s’ajoute au nom pour le qualifier, s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il qualifie).

– Les fonctions grammaticales : le sujet du verbe (le groupe nominal et le pronom ; le sujet déplacé ou inversé) ; les compléments d’objet du verbe (direct, indirect, second) ; les groupes nominaux compléments circonstanciels (mobiles et supprimables, valeurs de moyen et de manière, de temps et de lieu) ; l’épithète ; l’attribut du sujet ; (distinction attribut / complément d’objet direct).

– La conjugaison du verbe : l’infinitif et les trois groupes verbaux ; l’indicatif (temps simples et temps composés ; y compris le conditionnel) : étude systématique, avec décomposition des formes en éléments ; l’impératif.

– Les valeurs des temps verbaux : se situer dans le temps : passé / présent / futur ; le présent (présent de vérité générale, présent d’actualité, présent de narration) ; le passé simple et l’imparfait (premier plan et arrière-plan dans un récit ; l’imparfait dans la description ; le passé simple dans la narration ; action ou état borné/non borné) ; le passé composé (extension de son usage due à la disparition du passé simple à l’oral) ; le futur (valeur temporelle de projection dans l’avenir ; valeurs modales de futur catégorique ou de futur de supposition).

2. Orthographe

– Orthographe grammaticale : les accords dans le groupe nominal (l’adjectif, le déterminant, le nom) ; l’accord simple sujet-verbe et sujet-attribut ; l’accord du participe passé avec être et avoir (cas simples) ; la morphologie du verbe à l’indicatif : 1er, 2e et 3e groupes, en lien avec les conjugaisons du programme (les verbes morphologiquement réguliers) ; les pluriels en -aux, -eux, -oux ; la ponctuation : les divers points, la virgule, les guillemets, les parenthèses, les tirets.

– Orthographe lexicale : les signes auxiliaires : tréma, apostrophe, trait d’union ; l’accentuation de e ; majuscule ou minuscule.

– Quelques homonymes ou homophones : distingués par l’accent : à/a ; la/l’a/l’as/là ; mur/mûr… autres : et/est ; mais/mes ; on/ont ; ce/se ; ces/ses ; son/sont…

3. Lexique

– Domaines lexicaux : vocabulaire des émotions ; vocabulaire des religions (croyances et pratiques religieuses dans l’Antiquité) ; vocabulaire des genres littéraires (conte, récit).

– Notions lexicales : formation des mots : radical, préfixation, suffixation, composition, dérivation, familles de mots, initiation à l’étymologie ; sens propre et sens figuré ; niveaux de langue ; reprises et substituts du nom (en lien avec l’étude des classes grammaticales : les noms et pronoms) ; synonymie, antonymie, paronymie.

II) La lecture

1. Textes de l’Antiquité : le professeur fait lire des extraits choisis parmi les œuvres suivantes :

– Le Récit de Gilgamesh*

– La Bible*

– L’Iliade*, L’Odyssée* d’Homère

– L’Enéide* de Virgile

– Les Métamorphoses* d’Ovide.

2. Contes et récits merveilleux : le professeur fait lire au moins deux contes choisis parmi les œuvres suivantes :

– Les Mille et Une Nuits*

– Contes de Charles Perrault, de Madame d’Aulnoy, des frères Grimm, de Hans-Christian Andersen

– Alice au pays des merveilles* de Lewis Carroll

– Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry ; – Petit Bodiel et autres contes de la savane ; Il n’y a pas de petite querelle de Amadou Hampâté Bâ

– Contes, Nouveaux contes d’Amadou Koumba de Birago Diop

– La Belle Histoire de Leuk-le-lièvre de Léopold Sédar Senghor.

3. Initiation à la poésie : le professeur choisit :

– des poèmes en vers réguliers, des poèmes en vers libres ou variés, des calligrammes, des haïkus ou des chansons, du Moyen Age au XXI° siècle, pour faire découvrir la diversité des formes et motifs poétiques

– des Fables de Jean de La Fontaine (choisies dans les Livres I à VI).

4. Initiation au théâtre : le professeur fait lire, intégralement ou par extraits, au choix :

– une pièce de Molière : par exemple Le Médecin volant, L’Amour médecin, Le Médecin malgré lui, Le Sicilien ou l’amour peintre

– une courte pièce, choisie par exemple parmi celles des auteurs du XX° siècle suivants : Jean Tardieu, Roland Dubillard, René de Obaldia.

5. Etude de l’image : la confrontation des différentes versions d’un même sujet conduit l’élève à réfléchir sur les intentions des artistes, sur la visée de leurs œuvres respectives. Le professeur fait prendre conscience de l’existence de différents types d’images fixes et animées (tableaux, photographies, publicité, bandes dessinées, films…), ainsi que de leurs différentes fonctions. Parmi celles-ci, il privilégie la fonction narrative, pour laquelle les fresques, les polyptyques ou la bande dessinée, entre autres, fournissent des exemples. En ce qui concerne les outils d’analyse, des entrées simples, aisées à mettre en œuvre, sont retenues pour la Sixième : premières notions de cadrage, de composition, dont l’étude des plans.

III) Expression écrite

Développer le plaisir d’écrire, la capacité de s’exprimer et de communiquer par écrit, assimiler l’idée d’un texte en fonction de ceux pour lequel il est écrit, être capable de produire un texte complet cohérent, maîtriser la narration et s’initier à la description. L’objectif est qu’à la fin de la classe de sixième, l’élève puisse écrire un texte cohérent et correct d’une vingtaine de pages.

– récits rendant compte d’une expérience personnelle (l’élève peut éventuellement y exprimer sa propre appréciation, ses émotions et ses sensations)

– écrits en relation avec le programme de lecture : une courte fable, un conte ou une partie de conte, un épisode épique, une courte scène de théâtre

– textes favorisant l’expression poétique

– narrations à partir des œuvres étudiées dans le cadre de l’histoire des arts

– écrits à partir de supports divers permettant de développer des qualités d’imagination (images, objets, documents audio-visuels). Une écriture longue peut être envisagée de façon individuelle ou collective, notamment la rédaction d’un conte.

IV) Expression orale

Les élèves de 6ème doivent prendre la parole fréquemment mais brièvement pour que chacun puisse parler de façon personnelle et organisée. La parole doit circuler dans la classe et chacun doit écouter ce que les autres disent :

– Ecouter, interroger et répondre ; lecture d’un texte à haute voix, présenter un document, un point de vue, décrire. Raconter (compte rendu oral) et restituer un texte mémorisé.
– Textes à écouter, à dire. Les élèves sont entraînés régulièrement à : la récitation de textes étudiés (proses, poèmes, extrait de théâtre…), la narration (rendre compte d’une lecture, d’une visite, d’un document sonore), à la description (d’un objet, d’un monument…).

Nos conseils
Le plaisir de lire n’est pas le même chez tout le monde… si vous sentez que votre enfant n’est pas intéressé par les textes « classiques » qu’il étudie en classe, cherchez avec lui d’autres types de livres qui le réconcilieront avec la lecture. Essayez les romans policiers, les livres « dont vous êtes le héros » ou même les livres qui font peur… aucune lecture n’est mauvaise puisque que cela lui permet de découvrir la langue française, ainsi que les particularités d’un texte écrit (paragraphes, introduction, dénouement, références, …).

A COMPTER DE LA RENTREE 2016, et suite à la réforme des collèges, le programme de français du collège sera plus exigeant et mettra au coeur des cours la maîtrise et l’utilisation de la langue à l’oral et à l’écrit. Des éléments culturels et linguistiques des langues anciennes seront par exemple intégrés dans le programme de français, pour permettre aux élèves d’acquérir des bases linguistiques plus complètes.

Le programme de mathématiques :

Au cours de sa première année de mathématiques au collège, votre enfant commencera à développer ses capacités observation, d’analyse, de pensée déductive… le tout en continuité avec ce qu’il aura déjà appris de son passage à l’école primaire.

Présentation générale :

En classe de 6ème, votre enfant fait la transition entre les apprentissages de l’école primaire et ceux du secondaire et découvre de nouvelles façons d’utiliser l’« outil » mathématique. L’enseignement des mathématiques entraîne les élèves à la démarche scientifique, en développant progressivement leurs capacités d’expérimentation, de raisonnement, d’imagination et d’analyse critique…. Des compétences qui lui serviront dans tous les domaines de la vie !

Au total, 4 heures de cours par semaine. Le professeur a toute liberté dans l’organisation de ses cours à condition que les objectifs généraux soient atteints.

Quel est le programme ?

I) Organisation et gestion de données. Fonctions

1) Proportionnalité 

– Reconnaître les situations qui relèvent de la proportionnalité et les traiter en choisissant un moyen adapté : utilisation d’un rapport de linéarité, entier ou décimal, utilisation du coefficient de proportionnalité, entier ou décimal, passage par l’image de l’unité (ou « règle de trois »), utilisation d’un rapport de linéarité, d’un coefficient de proportionnalité exprimé sous forme de quotient.

– Appliquer un taux de pourcentage

2) Organisation et représentation de données

– Lire, utiliser et interpréter des données à partir d’un tableau

– Lire interpréter et compléter un tableau à double entrée

– Organiser des données en choisissant un mode de présentation adapté : tableaux en deux ou plusieurs colonnes, tableaux à double entrée

– Lire et compléter une graduation sur une demi droite graduée, à l’aide d’entiers naturels, de décimaux, de fractions simples 1/2, 1/10, 1/4, 1/5 * ou de quotients (placement exact ou approché)

– Lire, utiliser et interpréter des informations à partir d’une représentation graphique simple

II) Nombres et Calculs 

1) Nombres entiers et décimaux

– Connaître et utiliser la valeur des chiffres en fonction de leur rang dans l’écriture d’un entier ou d’un décimal

– Associer diverses désignations d’un nombre décimal : écriture à virgule, fractions décimales

– Comparer deux nombres entiers ou décimaux, ranger une liste de nombres. – Encadrer un nombre, intercaler un nombre entre deux autres

– Placer un nombre sur une demi-droite graduée

– Lire l’abscisse d’un point ou en donner un encadrement

2) Opérations

Connaître les tables d’addition et de multiplication et les résultats qui en dérivent

– Multiplier ou diviser un nombre par 10, 100, 1000

– Multiplier un nombre par 0,1 ; 0,01 ; 0,001

– Connaître et utiliser les critères de divisibilité par 2, 5 et 10

– Connaître et utiliser les critères de divisibilité par 3, 4 et 9

– Choisir les opérations qui conviennent au traitement de la situation étudiée

– Savoir effectuer ces opérations sous les diverses formes de calcul : mental, à la main ou instrumenté

– Connaître la signification du vocabulaire associé : somme, différence, produit, terme, facteur, dividende, diviseur, quotient, reste

3) Nombres en écriture fractionnaire

– Interpréter a b comme quotient de l’entier a par l’entier b, c’est-à-dire comme le nombre qui multiplié par b donne a

– Placer le quotient de deux entiers sur une demidroite graduée dans des cas simples

– Prendre une fraction d’une quantité. Il s’agit de faire comprendre la modélisation de ce type de problème par une multiplication

– Reconnaître dans des cas simples que deux écritures fractionnaires différentes sont celles d’un même nombre

III) Géométrie

1. Figures planes

– Tracer, par un point donné, la perpendiculaire ou la parallèle à une droite donnée

– Utiliser différentes méthodes

– Reporter une longueur

– Reproduire un angle

– Connaître les propriétés relatives aux côtés et aux angles des triangles suivants : triangle isocèle, triangle équilatéral, triangle rectangle

– Utiliser ces propriétés pour reproduire ou construire des figures simples

– Construire une figure simple à l’aide d’un logiciel de géométrie dynamique

2) Symétrie orthogonale par rapport à une droite (symétrie axiale)

– Construire le symétrique d’un point, d’une droite, d’un segment, d’un cercle (que l’axe de symétrie coupe ou non la figure)

– Construire ou compléter la figure symétrique d’une figure donnée ou de figures possédant un axe de symétrie à l’aide de la règle (graduée ou non), de l’équerre, du compas, du rapporteur

– Effectuer les tracés de l’image d’une figure par symétrie axiale à l’aide des instruments usuels (règle, équerre, compas)

3) Parallélépipède rectangle : patrons, représentation en perspective

– Fabriquer un parallélépipède rectangle de dimensions données, à partir de la donnée du dessin de l’un de ses patrons

– Reconnaître un parallélépipède rectangle de dimensions données à partir : du dessin d’un de ses patrons, d’un dessin le représentant en perspective cavalière

– Reconnaître dans une représentation en perspective cavalière du parallélépipède rectangle les arêtes de même longueur, les angles droits, les arêtes, les faces parallèles ou perpendiculaires

– Dessiner ou compléter un patron d’un parallélépipède rectangle

IV) Grandeurs et mesures 

1) Longueurs, masses, durées

– Effectuer, pour les longueurs et les masses, des changements d’unités de mesure

– Comparer géométriquement des périmètres

– Calculer le périmètre d’un polygone

– Connaître et utiliser la formule donnant la longueur d’un cercle

2) Angles

– Comparer des angles sans avoir recours à leur mesure

-Utiliser un rapporteur pour : déterminer la mesure en degré d’un angle, construire un angle de mesure donnée en degré

3) Aires : mesure, comparaison et calcul d’aires

– Comparer géométriquement des aires

– Déterminer l’aire d’une surface à partir d’un pavage simple

– Différencier périmètre et aire

– Calculer l’aire d’un rectangle dont les dimensions sont données

– Connaître et utiliser la formule donnant l’aire d’un rectangle

– Calculer l’aire d’un triangle rectangle, d’un triangle quelconque dont une hauteur est tracée

– Connaître et utiliser la formule donnant l’aire d’un disque

– Effectuer pour les aires des changements d’unités de mesure

4) Volumes

– Déterminer le volume d’un parallélépipède rectangle en se rapportant à un dénombrement d’unités, en utilisant une formule

– Connaître et utiliser les unités de volume et les relier aux unités de contenance

– Savoir que 1 L = 1 dm3

– Effectuer pour les volumes des changements d’unités de mesure

Nos conseils :

Les maths, ça fait souvent peur : le vocabulaire scientifique, les théorèmes à savoir par cœur, les calculs à faire… mais ça n’est pas si difficile que ça. Même si vous n’étiez pas matheux, donnez à votre enfant l’envie de s’intéresser aux maths : ne négligez pas ce qu’il apprend et a contrario, ne lui mettez pas trop la pression sous prétexte qu’il doit faire mieux que vous. Et s’il vous demande : « A quoi ça sert les maths ? », expliquez-lui qu’il s’agit avant tout d’une certaine façon de réfléchir (analytique, logique, …) et que cette façon de raisonner est précieuse dans la vie de tous les jours.

A COMPTER DE LA RENTREE SCOLAIRE 2016, et suite à la réforme des collèges, le programme de mathématiques se voudra plus attractif. Les élèves seront invités à pratiquer plus régulièrement le calcul mental et écrit et à utiliser des outils informatiques. Au collège, votre enfant devra notamment apprendre les bases de langage simple de programmation informatique et maitriser les ordres de grandeurs (à l’aide de problèmes impliquant des grandeurs variées géométriques, physiques, économiques). De plus, le lien entre les mathématiques et les autres matières sera renforcé, pour plus de cohérence et pour mener à une compréhension globale du programme scolaire.

La première langue vivante :

En sixième au collège, votre enfant va devoir choisir une langue vivante. En général la sélection se fait surtout entre allemand et anglais mais il est également possible de choisir espagnol ou même italien.

Présentation générale :

Qu’il choisisse l’anglais, l’allemand, l’espagnol ou l’italien, l’apprentissage d’une langue vivante sera un précieux atout pour votre enfant. En dehors du fait que c’est une capacité de plus en plus souvent demandée dans le monde du travail, il s’agit aussi de s’ouvrir à une autre culture. A savoir que certains collèges peuvent même proposer des langues moins courantes comme le portugais, le russe, l’arabe… L’adoption du  « cadre européen commun de référence pour les langues » (CERCL), élaboré par le Conseil de l’Europe, a conduit à organiser le programme d’enseignement des langues vivantes étrangères en deux paliers successifs pour l’ensemble du collège. A l’issue du palier 1, les élèves atteignent le niveau A2 : il s’adresse aux enfants dont l’apprentissage de la langue a démarré à l’école élémentaire. Le palier 2 permet aux élèves de consolider le niveau A2 et de progresser vers le niveau B1.

Quel est le programme?

Allemand :

L’objectif premier est d’apprendre à l’élève la construction particulière de la phrase allemande, à la base de toute communication orale ou écrite. L’apprentissage du vocabulaire se fait en parallèle de cette connaissance, ainsi que l’accentuation et la prononciation de la langue (dialogue, lecture à haute voix…). Le professeur construit lui-même son programme quant au choix des thèmes et la façon d’approcher la langue mais à la fin de la 6ème, les bases lexicales et grammaticales de langue doivent être maîtrisées :
• Etablir le contact, interpeller quelqu’un, maîtriser les usages au téléphone, les loisirs, les parties du corps, se présenter, prendre congé, remercier, s’excuser, féliciter, présenter sa famille, expliquer où l’on habite, exprimer ses goûts, sa volonté, ce qu’on a ou qu’on a pas, les activités que l’on pratique, décrire des choses et des gens (petit, gros, beau, blond, …), se situer dans l’espace et dans le temps, exprimer ce qu’on ressent (fatigue, faim…), exprimer l’accord ou le désaccord, émettre une hypothèse, donner un ordre…
• Grammaire et phonologie. Place du verbe conjugué, place du sujet, de l’attribut, de la négation. Le groupe nominal et les pronoms (sujet, complément à l’accusatif, au datif), le groupe prépositionnel et adverbial, les subordonnées. Les temps (présent de l’indicatif, infinitif, parfait de l’indicatif, le prétérit…)…
• Compétence culturelle et lexicale (la vie quotidienne, le cadre de vie, les repères et réalités géographiques, le patrimoine culturel et historique, le patrimoine littéraire et historique.

Anglais :
Les objectifs principaux sont globalement les mêmes que ceux identifiés pour la langue allemande, vous pouvez donc vous référer au texte ci-dessus. Les objectifs principaux étant :
• Compréhension de l’écrit : l’élève sera capable de rédiger des énoncés courts et simples.
• Expression orale et continue : l’élève doit être capable de produire en termes simples des énoncés sur les gens et les choses.
• Interaction orale : l’élève sera capable d’interagir de façon simple avec un débit adapté et des reformulations.
• de lui faire prendre conscience de la diversité des cultures, du plaisir à découvrir un autre pays, une autre façon de parler, une autre jeunesse…
L’initiation qui aura pu être faite au CM1 et au CM2 sera un énorme avantage pour maîtriser les bases du langage anglais parlé, écrit et lu.

En ce qui concerne l’espagnol, l’italien ou toute autre langue choisie comme LV1, les objectifs principaux sont :
• comprendre le vocabulaire usuel et contemporain, le parler, le lire et l’écrire,
• découvrir, apprendre à connaître et à comprendre quelques aspects caractéristiques de la culture du pays (voyages, documents vidéos, audio, journal télévisé…)
• contribuer à l’acquisition progressive de l’autonomie et à la formation de l’individu et du citoyen.

Nos conseils
Apprendre une langue vivante s’accompagne forcément d’efforts de mémorisation qui se font le plus souvent en dehors de la classe : répéter des mots, des expressions, apprendre quelques mots tous les jours, etc. Pour atteindre petit à petit son autonomie, votre enfant a d’abord besoin de votre soutien. Le soir, faites-lui répéter les mots qu’il doit apprendre pour le lendemain et lire un petit texte, pour qu’il travaille sa prononciation (aucune importance s’il ne comprend pas tout ce qu’il lit)… Il est vrai que ce sera plus efficace si la personne qui l’écoute et le fait travailler a quelques notions (même très minimes) dans cette langue, car la prononciation et l’intonation sont toujours différentes de celles du français.

L’histoire et la géographie :

En sixième au collège le programme d’Histoire se concentre sur le Monde Antique. vos enfants voyageront dans le passé, rencontreront les Byzantins, les pyramides, les Hébreux et découvriront les civilisations grecques et romaines.

Présentation générale
Le programme d’Histoire se concentre sur le Monde Antique. Et grâce à la Géographie, votre enfant va faire le tour du Monde des pays et des continents. Il s’agit cette année de « poser les bases » pour que, au fil des années, votre enfant comprenne comment s’est « formé » le monde dans lequel il vit !

Au total, 3 heures d’histoire-géographie par semaine, dont 30 minutes consacrées à l’Education Civique.

Quel est le programme?

Histoire : DES MONDES ANCIENS AUX DÉBUTS DU MOYEN ÂGE 

I) L’ORIENT ANCIEN

Un site ou un monument de Mésopotamie ou d’Égypte du IIIe millénaire av. J.-C.. (œuvres de référence à l’école primaire : une sculpture égyptienne, un bas-relief mésopotamien…) Etude est remise en perspective dans l’espace de l’Orient ancien. CAPACITES : Connaître et utiliser les repères suivants : le site étudié, la Mésopotamie et l’Égypte, sur une carte ; les premières civilisations (IIIe millénaire av. J.-C.). Décrire un monument de Mésopotamie ou d’Égypte. Expliquer le rôle de l’écriture.

II) LA CIVILISATION GRECQUE 

– Thème 1 : AU FONDEMENT DE LA GRECE : CITES, MYTHES, PANHELLENISME

La carte de la Méditerranée grecque est mise en relation avec des images et monuments significatifs (trières, temples de Sicile…). On présente la cité-État et la colonisation à partir d’un exemple librement choisi. Extraits de l’Iliade et de l’Odyssée et représentations grecques : céramiques, sculptures… Au choix : site de Delphes ou évocation des Jeux olympiques. CAPACITES : connaître et utiliser les repères suivants : le monde grec sur une carte du bassin méditerranéen aux VIIIe – VIIe siècle av. J.-C. ; Homère, VIIIe siècle av. J.-C. Raconter : la fondation d’une cité ; un mythe grec. Raconter un épisode des jeux olympiques ou décrire le sanctuaire de Delphes en expliquant leur fonction religieuse.

– Thème 2 : LA CITE DES ATHENIENS (Ve – IVe SIECLE) : CITOYENNETE ET DEMOCRATIE

La fête des Panathénées (exemples au choix : l’engagement militaire d’un citoyen, un débat à l’Ecclesia). CAPACITES : connaître et utiliser les repères suivants : l’Attique, territoire de la cité ; Périclès, Ve siècle av. J.-C. Raconter : un épisode des guerres médiques (Marathon ou Salamine) ; la fête des Panathénées en expliquant son rôle civique et religieux. Raconter et expliquer : un débat à l’Ecclesia. Caractériser : le statut des citoyens, des femmes et des esclaves. Reconnaître les lieux et les monuments de la cité.

– Thème 3 : ALEXANDRE LE GRAND (au choix avec le thème suivant)

Le récit de l’épopée d’Alexandre (témoignages ou représentations de cette épopée au choix : Alexandrie ou Pergame). CAPACITES : connaître et utiliser les repères suivants : Alexandre le Grand, 333-323 av. J.-C. ; L’empire d’Alexandre, Alexandrie ou Pergame sur une carte de l’Orient hellénistique. Raconter – L’épopée d’Alexandre. Décrire la cité hellénistique étudiée.

– Thème 3 : LA GRECE DES SAVANTS (au choix avec le thème précédent)

Un exemple au choix : Hippocrate de Cos (vers 460 – vers 370 av. J.-C.), le père de la médecine ; Aristote (384 av. J.-C., 322 av. J.-C.), philosophe et naturaliste, le père de la biologie ; Archimède de Syracuse (287 – 212 av. J.-C.), mathématicien et physicien ; Eratosthène de Cyrène (276 – 194 av. J.-C.), mathématicien et géographe. CAPACITES  : raconter quelques aspects de la vie et de l’œuvre du savant étudié.

III) ROME

– Thème 1 : DES ORIGINES A LA FIN DE LA REPUBLIQUE : FONDATION, ORGANISATION POLITIQUE, CONQUETES

Extraits de textes sur la fondation de Rome (l’Enéide de Virgile, l’Histoire romaine de Tite-Live…). Au choix : une journée d’élection à Rome, une promenade à travers les lieux de la vie politique… CAPACITES : connaître et utiliser les repères suivants : la fondation de Rome au VIIIe siècle av. J.-C. ; Jules César et Vercingétorix : Alésia, 52 av. J.-C. ; Rome, l’Italie, la Gaule, sur une carte du bassin méditerranéen au Ier siècle av J.-C. Raconter : la fondation légendaire de Rome ; le siège d’Alésia. Raconter et expliquer la carrière de César. Décrire la journée d’un citoyen romain un jour d’élections ou le Forum à la fin de la République.

– Thème 2 : L’EMPIRE : L’EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION

Auguste et un autre empereur important au choix, à partir d’une villa gallo-romaine ou du trajet d’un produit (vin, huile, métaux, céréales…). Une visite de l’Urbs et un exemple d’une ville romaine en Gaule ou en Afrique du Nord. CAPACITES : connaître et utiliser les repères suivants : le principat d’Auguste, 27 av. J.-C. – 14 ; « Paix romaine », Ier et IIe siècles ; L’édit de Caracalla, 212 Décrire et expliquer le rôle d’Auguste dans la vie politique. Reconnaître les principaux monuments de l’Urbs au 1e siècle. Décrire une ville gallo-romaine

IV) LES DÉBUTS DU JUDAISME ET DU CHRISTIANISME 

– Thème 1 : LES DEBUTS DU JUDAÏSME

Contextualisation de l’écriture de la Bible, (l’impérialisme des empires mésopotamiens, le roi Josias, l’exil à Babylone). Extraits de la Bible au choix : le récit de la création, Abraham et sa descendance, Moïse, le royaume unifié de David et Salomon… Une carte de la diaspora. CAPACITES : connaître et utiliser les repères suivants – La Palestine, Jérusalem sur une carte de l’empire romain – Début de l’écriture de la Bible : VIIIe siècle av. J.-C. – Destruction du second Temple : 70 Raconter et expliquer – Quelques uns des grands récits de la Bible significatifs des croyances Décrire et expliquer la diaspora.

– Thème 2 : LES DEBUTS DU CHRISTIANISME

Contextualisation des débuts du christianisme qui, issu du judaïsme, se développe dans le monde grec et romain. Les sources romaines permettent de situer l’apparition des chrétiens. Le personnage de Jésus et son enseignement (Évangiles). Extraits de textes, récit d’un épisode des persécutions, le Constantin ou un exemple d’art paléochrétien au choix du professeur. CAPACITES : connaître et utiliser les repères suivants : la Palestine, Jérusalem, Rome, Constantinople sur une carte du monde romain au IVe siècle ; la mort de Jésus vers 30 ; Écriture des Évangiles : 1er siècle ; Édit de Milan : 313. Raconter et expliquer : quelques récits du Nouveau Testament significatifs des croyances ; un épisode de la christianisation de l’empire romain. Décrire une basilique chrétienne.

V) LES EMPIRES CHRÉTIENS DU HAUT MOYEN ÀGE

Exemples au choix : de personnages (Justinien et Théodora, Charlemagne, Irène…) ; d’événements (le couronnement de Charlemagne, d’un empereur byzantin…) ; ou d’œuvres d’art byzantines et d’oeuvres d’art carolingiennes (SainteSophie, la chapelle d’Aix, mosaïques, icônes, orfèvreries…). Carte de l’Europe où sont situées les chrétientés latine et orthodoxe. CAPACITES : connaître et utiliser les repères suivants : l’empire byzantin : IV e –XV e siècle ; l’empire carolingien, l’empire byzantin sur la carte de l’Europe au IXe siècle : le couronnement de Charlemagne : 800. Décrire quelques grandes caractéristiques de l’empire carolingien et de l’empire byzantin au IXe siècle. Reconnaître une œuvre d’art byzantine et une oeuvre d’art carolingienne

VI) REGARDS SUR DES MONDES LOINTAINS

– Thème 1 : LA CHINE DES HAN À SON APOGEE

Au choix : un ou deux aspects de la civilisation chinoise sous ce règne (ouverture de la route de la soie, prolongement de la grande muraille, recrutement des fonctionnaires, floraison artistique et technique). CAPACITES : connaître et utiliser les repères suivants : la Chine des Han, 206 av. J.-C. – 220 ; la Chine des Han à son apogée sur une carte de l’Asie. Décrire un ou deux exemples de la civilisation de la Chine de Han (une œuvre d’art, une invention…).

– Thème 2 : L’INDE CLASSIQUE AUX IVe ET Ve SIECLES

Au choix : un mythe hindou ; un site de l’époque des Gupta. CAPACITES : connaître et utiliser le repère suivant : l’Inde des Gupta, IVe – Ve siècle. Raconter un mythe hindou ou décrire un site de l’époque des Gupta.

Géographie: LA TERRE PLANÈTE HABITÉE 

I) MON ESPACE PROCHE : PAYSAGES ET TERRITOIRE

Les élèves manipulent des documents du quotidien : plan du quartier et de la ville, plan des réseaux de transports, carte touristique, un système d’information géographique (SIG) d’usage courant… Réalisation de croquis simples. Utilisation d’un globe, d’un SIG, de différents planisphères (le monde vu d’Europe, d’Amérique, de l’hémisphère sud etc.). Référence aux points cardinaux et aux grands repères géographiques. CAPACITÉS : localiser son espace proche dans sa région et en France et la France sur différents planisphères et à l’aide d’un globe virtuel Les continents et les océans sur différents planisphères. Se situer dans l’espace à différentes échelles en utilisant les points cardinaux et les grands repères géographiques. Décrire : le paysage local et ses différentes composantes ; un itinéraire en faisant intervenir les notions de distance et de temps de parcours. Réaliser un croquis simple pour représenter les paysages proches et/ou l’organisation du territoire local.

II) OÙ SONT LES HOMMES SUR LA TERRE ?

La répartition de la population mondiale est expliquée en faisant intervenir l’histoire, les conditions naturelles, la culture, le développement économique et l’évolution démographique. Analyse de différents planisphères : climats, reliefs, aires culturelles, États, croissance démographique… Comparaison avec les époques antérieures (exemple de l’Asie de l’Est ou l’Europe). CAPACITÉS : localiser sur un planisphère : les principaux foyers de population ; les dix plus grandes métropoles mondiales ; les espaces faiblement peuplés. Décrire et expliquer la répartition de la population à l’échelle du foyer de peuplement choisi. Décrire la répartition de la population mondiale.

III) HABITER LA VILLE 

Deux études de cas sur l’étude de paysages : deux villes, choisies dans deux aires culturelles différentes (pour dégager des caractéristiques communes et des éléments de différenciation). CAPACITÉS : situer les espaces étudiés sur différents planisphères thématiques. Décrire les paysages étudiés et expliquer les transformations des espaces concernés. Réaliser un croquis simple d’un paysage.

IV) HABITER LE MONDE RURAL

Deux études de cas sur l’étude de paysages : deux espaces ruraux, choisis dans deux aires culturelles différentes (pour dégager des caractéristiques communes et des éléments de différenciation). CAPACITÉS : situer les espaces étudiés sur différents planisphères thématiques. Décrire les paysages étudiés et expliquer les transformations des espaces concernés. Réaliser un croquis simple d’un paysage.

V) HABITER LES LITTORAUX 

Deux études de cas sur l’étude de paysages : deux littoraux, un littoral industrialo-portuaire, un littoral touristique. CAPACITÉS : situer les espaces étudiés sur différents planisphères thématique. Décrire les paysages étudiés et expliquer les transformations des espaces concernés. Réaliser un croquis simple d’un paysage.

VI) HABITER DES ESPACES A FORTES CONTRAINTES

Deux études de cas sur l’étude de paysages sont choisies parmi : un désert chaud ; un désert froid ; une haute montagne ; une île. CAPACITÉS : situer les espaces étudiés sur différents planisphères thématiques. Localiser et situer les grands ensembles de relief et les principales zones climatiques de la planète. Décrire les paysages étudiés et expliquer les transformations des espaces concernés. Réaliser un croquis simple d’un paysage.

Education civique : LE COLLÉGIEN, L’ENFANT, L’HABITANT 

I) LE COLLÉGIEN

– Thème 1 : Les missions et l’organisation du collège

– Thème 2 : L’éducation : un droit, une liberté, une nécessité

DOCUMENTS A CONNAITRE : Convention internationale des droits de l’enfant de 1989 (art. 28) − Préambule de la Constitution de 1946 (paragraphe 13) − Loi du 15 mars 2004, sur l’application du principe de laïcité dans les établissements scolaires et publics, modifiant le code de l’éducation, art. L 141-5-1 − Loi du 11 février 2005, sur les personnes handicapées, dispositions générales (art. 2), modifiant le code de l’action sociale et des familles, art L 114-1 et 2 − Extraits du règlement intérieur du collège − Extraits du Guide juridique de l’internet scolaire, janvier 2004.

II) L’ ENFANT 

– Thème 1 : Une personne

– Thème 2 : Un mineur

– Thème 3 : Une personne qui a des droits et des devoirs

DOCUMENTS A CONNAITRE : Extraits de la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989 − Code civil (art. 55 et 56, 57) − Code civil (art. 371, 371-1, 371-3, 371-5 et 372) − Extraits du règlement intérieur du collège.

III) L’HABITANT

– Thème 1 : L’organisation de la commune et la décision démocratique

– Thème 2 : Les acteurs locaux et la citoyenneté

DOCUMENTS A CONNAITRE : Code électoral, art. L 227 − Extraits d’un projet municipal − Extraits de la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement durable de 1992, principes 1, 10, 21 et 22 − Extraits du règlement d’une association − Agenda 21 de la commune/

Nos conseils :

Souvent, l’Education Civique « rebute » un peu les enfants : il faut apprendre les institutions par cœur, les droits et devoirs des citoyens, le fonctionnement du vote… C’est souvent assez rébarbatif parce qu’assez compliqué ! Même vous, vous ne savez pas exactement comment fonctionne le Parlement ou la Commission Européenne… Si vous sentez que votre enfant « rame » et se désintéresse petit à petit de cette matière, prenez le relais du prof pour lui apprendre le « minimum » à savoir sur notre société : expliquez-lui qui est qui quand il regarde les infos avec vous, qu’est-ce que des « régionales », à quoi sert le vote… Juste ce qu’il faut pour que plus tard il ne soit pas complètement perdu et qu’il prenne plaisir à être « citoyen » !

A COMPTER DE LA RENTREE SCOLAIRE 2016, et suite à la réforme, le programme d’histoire-géographie au collège sera plus simple et plus lisible. Il contribuera à la compréhension des enjeux des sociétés contemporaines et transmettra les valeurs républicaines et les principes du savoir-vivre ensemble.

Le programmes des sciences et vie de la terre.

En sixième au collège il n’y a pas encore de physique-chimie, mais les élèves se préparent déjà à une approche scientifique du monde qui nous entoure. Le programme des Sciences de la Vie et de la Terre s’appuie sur la curiosité et l’intérêt des élèves pour la nature et repose essentiellement sur des activités pratiques.

Présentation générale :

En première année de collège il n’y a pas encore de physique-chimie, mais déjà une approche scientifique du monde qui nous entoure. Le programme des Sciences de la Vie et de la Terre (environ 1h30 par semaine) s’appuie sur la curiosité et l’intérêt des élèves de cet âge pour la nature et repose essentiellement sur des activités pratiques : observation du concret, manipulation d’objets, expérimentation personnelle. Le professeur pourra néanmoins déjà faire des rapprochements avec la physique-chimie pour préparer votre enfant à l’année qui suit.

Au total, 1h30 de cours par semaine.

Quel est le programme ?

Partie I : Caractéristiques de l’environnement proche et répartition des êtres vivants :

  • les caractéristiques de notre environnement : les minéraux (roches, eau, atmosphère), les êtres vivants (hommes et animaux), la répartition des êtres vivants (en fonction des sols, de l’eau, du climat…), les différents climats (en fonction de l’éclairement…), les actions de l’homme (modifications topographiques, de la flore, de la faune, prélèvements de matériaux utiles, rejets de déchets),
  • Il existe des interactions entre les organismes vivants et les caractéristiques du milieu, par exemple, la présence d’un sol, la présence d’eau, l’exposition, l’heure du jour.

Partie II : Le peuplement d’un milieu :

  • L’occupation du milieu par les êtres vivants varie au cours des saisons. Alternance de forme chez les espèces végétales, et de comportements chez les espèces animales.
  • L’installation des végétaux dans un milieu est assurée par des formes de dispersion, graines ou spores. L’homme influe sur le peuplement du milieu selon ses choix d’aménagement, ses besoins alimentaires ou industriels.

Partie III : Origine de la matière des êtres vivants :

  • Tous les organismes vivants sont des producteurs et produisent leur propre matière à partir de celle qu’ils prélèvent dans le milieu, c’est la matière organique. Le sol abrite des êtres vivants qui transforment les restes organiques vivants en matière minérale, ce sont les décomposteurs.
  • Les relations alimentaires. Observer le régime alimentaire d’animaux et de végétaux chlorophylliens. Schématiser des chaînes alimentaires simples.

Partie IV : Des pratiques au service de l’alimentation humaine(au choix parmi les deux parties)

  • La production alimentaire par l’élevage ou la culture : l’Homme élève des animaux et cultive des végétaux pour se procurer des aliments qui répondent à ses besoins. L’élevage ou la culture nécessite une gestion rationnelle. Des améliorations quantitatives et/ou qualitatives de la production sont obtenues en agissant sur la reproduction, les conditions d’élevage ou de culture, les apports nutritifs.
  • La production alimentaire par une transformation biologique : certains aliments proviennent d’une transformation contrôlée par l’Homme. La transformation d’une matière première animale ou végétale répond aux besoins en aliments de l’Homme. Selon la façon dont les aliments sont transformés, leur goût peut être différent. L’utilisation des microorganismes à l’origine de cette transformation. Une meilleure production est obtenue par : l’amélioration de la qualité des matières premières ; un choix des micro-organismes employés ; un respect des règles d’hygiène.

Partie transversale : Diversité, parentés et unité des êtres vivants

  • Il s’agit tout au long de l’année de découvrir les classifications actuelles des organismes vivants. Identifier les organismes vivants en utilisant une clé dichotomique, les classer selon les critères de la classification évolutive et établir leur unité à un niveau structurel au cours d’observations microscopiques.

Nos conseils :

Le programme de Sciences de la Vie et de la Terre est essentiellement axé sur l’observation de l’environnement et de la nature… Tout ce que votre enfant apprend vient de ce que lui-même a observé et remarqué. Il développe sa curiosité envers le monde et intègre les grands mécanismes qui régissent la vie sur terre (reproduction, alimentation…). Encouragez-le à vous retranscrire ce qu’il apprend en classe ! C’est un excellent exercice qui lui permettra de mettre de l’ordre dans ses idées et ainsi de mieux les intégrer et les comprendre. Mais cela l’habituera également à s’exprimer oralement pour expliquer une idée ou un savoir, en faisant les efforts nécessaires pour se faire comprendre des autres.

Le programme de la technologie.

En sixième au collège, l’enseignement de la technologie est dispensé pour la première fois dans scolarité des élèves, et s’inscrit dans la continuité de ce qu’ils ont appris à l’école primaire.

L’enseignement de la technologie est dispensé à partir de la rentrée au collège et jusqu’à la 3ème. Destinée à tous les jeunes quelle que soit leur orientation à l’issue du collège (professionnelle ou générale), cette matière donne une idée du monde de l’Industrie en général et apporte à l’élève les méthodes et les connaissances nécessaires pour comprendre et maîtriser le fonctionnement d’un objet matériel, d’un « produit ».

En 6ème, l’enseignement de la technologie s’articule autour du thème « moyens de transport », et est dispensé 1h30 par semaine.

Quel est le programme?

Objectifs généraux :

L’enseignement de la technologie vise à montrer les liens entre les produits et les besoins de l’homme. Les différentes étapes (conception, production et distribution) de la réalisation d’un produit sont étudiées. L’intérêt est de mettre en évidence l’influence de la technologie sur la culture de notre société.  Pendant ces cours, l’élève doit faire preuve d’esprit pratique et réagir à des situations concrètes. A la fin de la 6ème l’élève répond aux questions : « A quel besoin l’objet étudié répond-il ? », « Comment et de quoi est-il constitué ? », « Comment fonctionne-t-il ? », « Comment les besoins et solutions technologiques ont-ils évolué au cours du temps ? ».

I) L’analyse du fonctionnement d’un objet technique

– Distinguer en le justifiant objet et objet technique.

– Mettre en relation besoin et objet technique.

– Distinguer fonction d’usage et fonction d’estime. Énoncer la fonction d’usage d’un objet technique. Énoncer les critères liés aux fonctions d’estime pour un objet technique

– Identifier les composantes de la valeur d’un objet technique : prix, fiabilité, disponibilité, délai.

– Décrire le principe général de fonctionnement d’un objet technique. Identifier les principaux éléments qui constituent l’objet technique.

– Dresser la liste des fonctions techniques qui participent à la fonction d’usage. Identifier des solutions techniques qui assurent une fonction technique.

– Identifier, à partir d’une représentation, les éléments qui assurent une fonction technique. Décrire graphiquement à l’aide de croquis à main levée ou de schémas le fonctionnement observé des éléments   constituant une fonction technique.

– Distinguer, dans une notice, les informations qui relèvent de la mise en service d’un produit, de son utilisation, de son entretien, ainsi que les règles de sécurité à observer. Extraire d’une fiche produit les       caractéristiques techniques.

II) La découverte des matériaux utilisés

– Indiquer à quelle famille appartient un matériau.

– Mettre en évidence à l’aide d’un protocole expérimental quelques propriétés de matériaux. Classer les matériaux par rapport à l’une de leurs caractéristiques. Identifier les relations formes – matériaux – procédés de   réalisation. Mettre en relation le choix d’un matériau pour un usage donné, son coût et sa capacité de valorisation

– Identifier l’impact de l’emploi de certains matériaux sur l’environnement dans les différentes étapes de la vie de l’objet

III) Les énergies mises en œuvre et exploitées dans le fonctionnement de l’objet technique étudié

– Indiquer la nature des énergies utilisées pour le fonctionnement de l’objet technique.

– Identifier les éléments de stockage, de distribution, et de transformation de l’énergie. Représenter la circulation de l’énergie dans un objet technique par un croquis.

– Indiquer le caractère plus ou moins polluant de la source6 d’énergie utilisée pour le fonctionnement de l’objet technique

IV) L’évolution de l’objet technique dans le temps et la découverte des progrès techniques

– Citer des objets répondant à une même fonction d’usage. Identifier quelques évolutions techniques et esthétiques. Situer dans le temps ces évolutions.

V) La communication et la gestion de l’information

– Identifier les principaux composants matériels et logiciels d’un environnement informatique.

– Entrer des informations : clavier, lecture magnétique, scanneur, appareil photo. Restituer des informations : affichage (écrans…), impression (encre, 3D, braille…), son, pilotage de machines…

– Recenser des données, les classer, les identifier, les stocker, les retrouver dans une arborescence, Distinguer le rôle des différents types de mémoire.

– Ouvrir et consulter des documents existants (textes, schémas, animations, représentations volumiques…), extraire les informations utiles.

– Composer, présenter un document numérique (message, texte mis en page, tableaux, schéma, composition graphique) et le communiquer à un destinataire par des moyens électroniques. Présenter dans un   document numérique les étapes d’une démarche ou d’un raisonnement.

– Retrouver une ou plusieurs informations à partir d’adresses URL données.

VI) Les processus de réalisation d’un objet technique 

– Extraire d’un dessin, d’un plan, d’un schéma, d’un éclaté ou d’une nomenclature les informations utiles pour la fabrication ou l’assemblage.

– Associer un procédé de fabrication à une forme. Réaliser en suivant un protocole donné. Utiliser rationnellement matériels et outillages dans le respect des règles de sécurité

– Réaliser un assemblage ou tout ou partie d’un objet technique en suivant une procédure formalisée. Effectuer un geste technique en respectant les consignes. Tester le fonctionnement.

– Mesurer et contrôler à l’aide d’instruments de mesure, d’un gabarit. Confronter le résultat à celui attendu.

Nos conseils :

La Technologie est une matière qui peut sembler « en marge » du programme général. Mais c’est un bon moyen d’informer les élèves sur les différentes formations possibles à l’école, et que l’école, sur le long terme, forme à un métier ! Cela peut même révéler des vocations aux élèves qui ne se retrouvent pas dans une scolarité « standard » et qui s’épanouissent en manipulant des outils et en créant de leurs mains.

L’enseignement artistique.

En sixième au collège votre enfant apprendra à travailler en deux et trois dimensions, à maîtriser des matériaux et apprivoisera un tout nouveau répertoire musical.

Présentation générale :
L’enseignement artistique au cours de cette première année au collège assure un rôle spécifique dans la formation générale des élèves, tant pour le développement de la sensibilité et de l’intelligence que pour la formation culturelle et sociale.
Les arts plastiques donnent le goût de l’expression personnelle et de la création.
En prise avec l’univers sonore et musical de la société contemporaine, l’éducation musicale au collège accompagne les élèves dans une approche maîtrisée de ces réalités en mouvement.

Au total, une heure de musique et une heure d’arts plastiques par semaine.

Quel est le programme ?

Arts plastiques :

– L’objet et les réalisations plastiques : à partir de fabrications, de détournements et de représentations en deux et trois dimensions, les questions sont à travailler à des fins narratives, symboliques, poétiques, sensibles et imaginaires.

– L’objet et son environnement : explorer les modalités et les lieux de présentation de l’objet (exposition, installation, intégration ; le musée, la vitrine, l’espace quotidien, l’écran) et plus particulièrement le traitement (le cadre, le socle, le piédestal).

– L’objet dans la culture artistique : traiter la question du statut de l’objet, lequel peut être artistique, symbolique, décoratif, utilitaire ou publicitaire, et notamment de découvrir la place de l’objet non artistique dans l’art (papiers collés, objets naturels ou manufacturés, détournés).

A la fin de la sixième, votre enfant aura appris à :

– Représenter par le dessin, par la peinture, des objets observés, mémorisés ou imaginés

– Exploiter les qualités fonctionnelles et expressives des outils, des matériaux et des supports variés

– Choisir, organiser et construire des objets en deux ou trois dimensions à des fins, d’expression, de narration ou de communication.

Education Musicale :

– Le chant : acquisition d’un répertoire de chants (traditionnels, mélodies, extraits d’œuvres lyriques, chansons contemporaines…), mise en situation d’improvisation et de création, invention de chansons (à 1 voix, à plusieurs…).

– Ecoute : reconnaître des sons, des rythmes, des groupes de timbres, identifier les instruments dans une œuvre. A la fin de l’année, les élèves connaissent au moins 6 œuvres choisies dans des époques et des genres différents et les ont étudiées pendant l’année.

– Approche d’une pratique instrumentale qui s’inscrit dans cette démarche globale et progressive de maîtrise du langage musical : flûte à bec, percussions (corporelles, instrumentales…), technologies actuelles (ordinateur, générateur de sons, clavier, CD-Rom, CDI…)

Nos conseils :

Sans le traîner ni l’y obliger à tout prix, incitez votre enfant à vous accompagner dans des sorties plus culturelles. Visiter une salle de musée, aller à un concert d’une heure, ce n’est pas la mer à boire, et il peut sans aucun doute y trouver du plaisir. Même si vous avez l’impression qu’il traîne un peu les pieds au départ, persévérez, car il vous en sera reconnaissant plus tard. Et qui sait, peut-être éveillerez-vous une vocation ? Variez : une fois théâtre, une fois musique, une fois un film sur un artiste célèbre. Ne prenez pas d’abonnement pour une saison, il est encore trop jeune.

L’éducation physique (EPS)

En sixième l’éducation physique et sportive au collège propose à votre enfant des activités sportives variées, indispensables pour se maintenir en bonne santé physique, apprendre à relever le défi et à jouer en équipe.

Présentation générale :

Dans la continuité de l’école primaire, l’éducation physique et sportive au collège propose à votre enfant des activités sportives variées. Ces cours, occupant 4 heures du programme de la semaine de 6ème, sont une bonne occasion de le mettre en contact avec ses autres camarades mais également de lui permettre de mieux se connaître. Au programme : un panel d’activités qui seront poursuivies jusqu’en classe de 3ème, selon les choix du professeur et le niveau de la classe.

Quel est le programme?

 Activités athlétiques :

– Lancer de poids,

– Sauts et courses de haies,

– Courses de vitesse ou en relais,

– Courses de durée.

Activités aquatiques :

– Maîtriser son équilibre dans l’eau (debout, allongé),

– Maîtriser sa respiration,

– Sauts et plongeons.

Activités gymniques :

– Monter sur, se balancer, tourner autour, franchir, sauter, se renverser, se réceptionner dans les chutes…

– Apprendre des positions et figures différentes (poirier, équilibre, roue…),

– Danse rythmique (faire bouger son corps, coordonner ses mouvements en fonction d’un rythme et d’une mélodie).

Activités physiques artistiques :

– Jeux simples, danse, création d’une chorégraphie…

Activités physiques de combat :

– Projeter en contrôlant la chute de l’adversaire (lutte romaine, initiation au judo…)

– Accepter l’affrontement et maîtriser ses émotions.

Activités d’opposition :

– Sports de raquettes (Tennis, ping-pong…)

Sports collectifs :

– Avec un ou plusieurs partenaires : respecter les règles et les enjeux … Valoriser le travail en commun pour atteindre un but précis.

Activités physiques de pleine nature :

– Obstacles naturels, jeux de piste, parcours santé…

Nos conseils :

Si votre enfant rouspète et s’oppose de plus en plus pour aller à un cours d’EPS… c’est qu’il a un problème. Ne minimisez pas ce qu’il essaie de vous dire : il peut se sentir mal dans son corps, être mal à l’aise avec ses copains de classe, peut-être même avec le prof… Il peut également s’agir d’un problème de santé un peu plus grave et qui le pénalise par rapport à ses camarade.
Aucune raison n’est meilleure qu’une autre : il a ses raisons de ne pas vouloir aller à la piscine, de ne pas aimer courir ou de détester la gym ! Ne le forcez pas à aller au sport sous prétexte qu’il ou elle fait du « chiqué » mais ne le dispensez pas non plus immédiatement et pour ses 4 années de collège parce que vous voulez le « protéger »… Prenez le temps de discuter avec lui de ce qui ne va pas… Il s’agit souvent d’un problème de confiance en soi… A vous de jouer !

L’accompagnement personnalisé

L’organisation de ces heures est laissée à l’initiative de l’établissement, elles ont pour but de s’assurer que la transition primaire-collège se passe bien, et que les élèves maîtrisent les fondamentaux. Elles doivent être centrées sur des objectifs précis, susceptibles d’être modifiés régulièrement au fur et à mesure de l’année.

Présentation : 

Il est apparu nécessaire depuis 2001 de consacrer un temps important à l’accueil des élèves sortant du primaire pour arriver au collège, notamment pour des questions d’ordre pédagogique, et tout particulièrement pour travailler sur les objectifs, les méthodes et exigences propres aux disciplines et les enseignements dispensés. Les actions d’accompagnement du travail personnel sont articulées étroitement avec les apprentissages scolaires : cela se traduit les premiers mois par une prise en charge systématique puis par un suivi attentif tout au long de l’année de sixième.
L’organisation de ces heures est laissée à l’initiative de l’établissement, elles doivent être centrées sur des objectifs précis et est susceptible d’être modifiée régulièrement au fur et à mesure des acquisitions des élèves.

L’accompagnement personnalisé, comment ça se passe ?

C’est l’établissement scolaire de votre enfant qui décide de la manière dont ces deux heures par semaine se déroulent. Une heure peut par exemple être consacrée à toute la classe et la deuxième plus spécifiquement à des élèves ayant des difficultés. Les heures peuvent être assurées par un professeur lié ou non à l’établissement. Les groupes en bénéficiant peuvent être modifiés au cours de l’année, pour faciliter l’adaptation des contenus.

Pour les élèves entrant au collège sans être parvenus à valider le palier 2 du socle commun en français ou en mathématiques, des modules de remise à niveau seront organisés.

Les objectifs de l’accompagnement personnalisé :

  • faire acquérir le palier 2 en proposant une remise à niveau en cas de difficultés importantes  constatées dans l’acquisition des compétences du palier 2 en maîtrise de la langue et en mathématiques, notamment en liaison avec des enseignants des écoles ;
  • accompagner le travail de sixième en soutenant les élèves dans les apprentissages des enseignements de cette classe ;
  • favoriser l’autonomie et l’acquisition de méthodes de travail, par exemple en veillant à la compréhension du travail attendu et à l’organisation personnelle ;
  • renforcer la culture générale en proposant des activités telles que des recherches documentaires, des conférences, ou encore en favorisant le développement d’excellences et de talents particuliers.

Nos conseils : 

L’entrée de votre loulou au collège est un moment très spécial : nouvel établissement, nouvelles règles, environnement bouillonnant… Il n’est pas toujours facile pour les petits du collège de se concentrer pleinement sur le travail. Les heures d’accompagnement personnalisé sont donc un atout précieux pour leur apprentissage. N’oubliez pas cependant que vous aussi, vous êtes son accompagnateur. Même s’il est déjà pris en charge par ses professeurs, posez des questions à votre enfant ce qu’il a appris dans sa journée d’école, demandez-lui de vous expliquer ses leçons… et gardez un oeil sur ses devoirs !

A COMPTER DE LA RENTREE 2016, et suite à la réforme, le planning des élèves de sixième ne sera pas tout à fait le même : au lieu de deux heures par semaine, ce seront trois heures par semaine d’accompagnement personnel dont votre enfant pourra bénéficier, afin que les professeurs puissent davantage s’assurer que les élèves maitrisent les fondamentaux.

Catégories des ressources

Your privacy is important to us and we will never rent or sell your information.

 
×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?

 
×
Vous avez oublié vos identifiants?
×

Go up

Translate »